AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Et la valeur entreprise ?

Aller en bas 
AuteurMessage
yann 35

avatar

Masculin Nombre de messages : 65
Age : 41
Localisation : Saint-Erblon
Emploi : Conseiller à l'emploi
Date d'inscription : 05/05/2007

MessageSujet: Et la valeur entreprise ?   Lun 7 Mai - 20:00

La valeur travail, tout le monde le sait, a été au cœur de la campagne présidentielle 2007. Effectivement, on s'est rendu compte qu’il est parfois aussi confortable de percevoir un certain nombre d’aides assurant un revenu alternatif à hauteur ou dépassant même une rémunération plafonnée au Smic. C’est une problématique qui appelle une vraie réflexion sur notre modèle social actuel.

Cependant il existe une autre problématique dont personne ne parle et qui explique également l’absence de motivation au retour à l’emploi : il s’agit de la perte de la valeur entreprise, au sens projet commun, aventure humaine autour d’un objectif partagé par tous. Pourquoi ce désintérêt pour l’entreprise ? Les éléments que je vais citer ne concernent heureusement pas toutes les entreprises mais une part suffisamment importante et croissante pour qu’on s’en inquiète. Et je peux vous assurer qu’il s’agit bien d’une réalité que je constate au quotidien, au contact à la fois des entreprises et de leur ex-salariés.

Regardez un peu du côté des conditions de travail et de rémunération, le manque de considération pour le salarié et son évolution, une pression accrue pour toujours plus de productivité et donc toujours plus de rentabilité, l’utilisation massive de contrats précaires et autres ruptures d’essai, etc, etc. Nous avons doucement glissé de la confiance à la méfiance, voire à la défiance entre chefs d’entreprises, cadres et salariés. Nous sommes passé de l’entreprise « accompagnatrice », « formatrice » à l’entreprise « utilisatrice » pour qui la main-d’œuvre ne fait partie que de l’outil de production, et non d’une valeur ajoutée humaine qui pourrait lui apporter, certainement, beaucoup plus qu’elle n’en attend désormais.

Chaque jour je rencontre des travailleurs, voire des cadres, brisés par leur expérience en entreprise, tellement dégoûtés de leur métier à cause du traitement subi qu’ils en décident pour beaucoup de changer de métier, gâchant ainsi non seulement leurs compétences acquises mais, pire, gâchant l’effort collectif en terme d’impôts ayant servi à former ces personnes... qui désormais devront se former à nouveau ! Hélas, il est maintenant acquis que nous ferons « plusieurs métiers » dans notre vie, l’effort du contribuable n’est donc pas prêt d’être atténué tant qu’il faudra financer des formations à répétition.

Alors j’en appelle à la responsabilité des chefs d’entreprises et cadres dans la construction pérenne du modèle social « dans » l’entreprise, car c’est bien là que nous passons la majeure partie de notre vie en société. Nous devons revenir à une problématique de rassemblement, car si les salariés n’obtiennent rien de l’entreprise - ni rémunération gratifiante, ni participation aux fruits du développement microéconomique, ni reconnaissance de leur implication au travail, ni espoir de développement personnel - ils ne donneront que le strict minimum nécessaire au maintien de leur emploi et donc de leur seul revenu de survivance. Alors vous imaginez, quand l’Etat offre un revenu alternatif qui permet de s’échapper de ce monde parfois cruel et pesant, quelle aubaine !

Que faut-il faire alors pour inverser cette fracture entre l’entreprise et ses salariés ? Quelle politique, sans être trop coûteuse pour des entreprises parfois fragiles, garantirait un développement durable de leur activité ? Prenons l’exemple d’une importante PME vendéenne (je ne suis pas villieriste !) qui, chaque fin d’année, redistribue sous forme de participation aux bénéfices (s’il y en a évidemment) un complément de rémunération équivalent à plusieurs mois de salaires : curieusement cette entreprise affiche une croissance très alléchante et l’ambiance au travail est à la fois des plus appliquées - les ouvriers se « coachant » entre eux - et des plus conviviales. Finalement, ça ressemble au bon vieux projet de Participation de De Gaulle, projet qui finalement pourrait être aujourd’hui des plus novateur et salutaire pour notre avenir à tous dans l’entreprise.

Sans rester uniquement sur des préoccupations matérielles, il conviendrait également de veiller avec la plus grande vigilance au traitement réservé aux salariés en entreprise, et ce, dès la candidature au recrutement. Bien entendu c’est déjà la mission des services administratifs de l’Etat, mais il s’avère qu’un certain nombre d’entreprises passent à travers les mailles du filet, provoquant les dégâts que vous savez maintenant. D’ailleurs il serait peut-être souhaitable que tous les services de l’Etat soient enfin connectés entre eux, en vue par exemple d’une appréciation globale des pratiques sociales et salariales en entreprise. L’idée de sanctionner les patrons voyous va dans ce sens, mais je propose également, en préventif, la création d’un indice social rendu public pour que chaque salarié sache exactement dans quel genre d’entreprise il s’engage.

Pour que tout le monde se rassemble à nouveau autour du projet de l’entreprise et ne s’intéresse plus seulement à son salaire... ou à la rentabilité de l’établissement.

Yann

Article publié le 19 avril 2007 sur http://www.agoravox.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=14735
SN



Masculin Nombre de messages : 19
Age : 49
Localisation : Antrain
Emploi : Gérant
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Et la valeur entreprise ?   Lun 14 Mai - 14:18

Dans le passé si le patron ou l'entreprise n'offrait pas ce que l'on recherchait alors la personne allait bosser ailleurs. Il ne faut pas mettre à mon sens de l'Etat dans tout, nous sommes des adultes et nous apprenons. Nous ne sommes pas nous non plus, en tant que salarié, tout beau tout gentil pour l'entreprise. C'est comme si maintenant on demandait à l'état de gérer ses relations avec le boulanger, l'entraineur sportif des enfants, son garagiste et ses amis !!!!

L'important c'est à mon sens de faire en sorte qu'il existe une multitude d'entreprises plutot que de favoriser la concentration a outrance.
Regarde en Bretagne : combien de groupe de presse tu as !!! Crois-tu que la liberté pour le salarié de dire m*** à son employeur existe ? !!!

Dans une petite entreprise les gens se connaissent mieux et le patron, du fait de l'effectif réduit, est beaucoup plus dépendant de ses collaborateurs, il est même amené a plus prendre en compte le facteur humain. Chose pratiqument impossible dans les grandes structures.

Ps : les suicides de salariés relatés dans la presse n'ont pas eu lieu dans des PME !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.consocratie.org
 
Et la valeur entreprise ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il décroche le pactole et rachète son entreprise
» Syndicats et entreprise
» TVA : La taxe sur la valeur ajoutée
» Comité d'entreprise
» le-porte-avions-charles-de-gaulle-et-le-bpc-tonnerre-recevront-la-croix-de-la-valeur-militaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Paroles de citoyens :: Economie-
Sauter vers: